Saturday, May 11, 2024
Home Europe Une campagne des européennes sous la menace constante des ingérences étrangères

Une campagne des européennes sous la menace constante des ingérences étrangères



Après Raphaël Glucksmann en avril, c’est François-Xavier Bellamy qui a révélé, lundi, avoir fait l’objet d’une tentative de cyberattaque émanant d’un groupe considéré comme lié au gouvernement chinois. Une nouvelle illustration des menaces d’ingérences étrangères dans la campagne des élections européennes auxquelles sont confrontés les partis politiques.

Ingérences étrangères, nouvel épisode. François-Xavier Bellamy, tête de liste du parti Les Républicains aux élections européennes (9 juin), a annoncé, lundi 6 mai, le dépôt d’une plainte après qu’il a fait l’objet d’une tentative de cyberattaque d’un groupe de hackeurs baptisé APT31, que plusieurs pays, dont les États-Unis et le Royaume-Uni, considèrent lié au gouvernement chinois.

“Au moment où le président chinois Xi Jinping entame une visite d’État à Paris, on a le sentiment qu’on n’a pas pris la mesure de ce qui se joue aujourd’hui en termes d’ingérences étrangères”, a affirmé François-Xavier Bellamy à l’AFP, en “demandant à Emmanuel Macron de mettre sur la table la nécessité de respect du Parlement” lors de ses échanges, lundi 6 et mardi 7 mai, avec son homologue chinois.


François-Xavier Bellamy fait partie d’un groupe de sept parlementaires français ciblés par APT31 en janvier 2021 avec l’envoi d’e-mails toxiques. Tous sont membres de l’alliance interparlementaire sur la Chine (IPAC), une instance créée en 2020 pour agir de manière coordonnée sur différents sujets relatifs à la Chine (Covid-19, répression des Ouïghours, manifestations à Hong Kong…). Mais ils n’ont découvert l’existence de cette attaque qu’à la fin du mois de mars 2024, lorsque le ministère de la Justice américain a publié un acte d’accusation inculpant sept Chinois pour une “prolifique opération de piratage informatique à l’échelle mondiale”.

Une cyberattaque qui fait écho à la campagne de désinformation subie il y a quelques semaines par un autre candidat aux européennes, Raphaël Glucksmann. La tête de liste Parti socialiste-Place publique, en pointe sur le dossier des Ouïghours, a été informée mi-avril que des comptes liés à la Chine l’accusaient sur les réseaux sociaux d’être le cheval de Troie des Américains, notamment de la CIA, en Europe.

“Le régime chinois m’a déjà officiellement sanctionné et le régime russe a déjà multiplié fake news et menaces à mon égard, ce ne sont pas ces calomnies pathétiques qui nous feront dévier de notre chemin: la défense acharnée de notre démocratie et de l’Europe”, avait réagi Raphaël Glucksmann le 16 avril sur X.


Tous les scrutins des démocraties libérales désormais touchés

Le député européen a été averti par Viginum, l’organisme gouvernemental chargé de traquer la désinformation en période électorale, qui dépend du secrétariat général de la Défense et de la Sécurité nationale (SGDSN).

Début février, Viginum avait mis au jour un réseau “structuré et coordonné” de sites diffusant de la propagande russe en Europe et aux États-Unis. Baptisé “Portal Kombat”, ce réseau comptait alors 193 sites. Depuis, 31 nouveaux noms de domaine rattachés à “Portal Kombat”, créés entre le 20 et le 26 mars, ont été découverts par Viginum. “Les sites de ce réseau ne produisent aucun contenu original mais relaient massivement des publications issues en majorité de trois types de sources : des comptes de réseaux sociaux d’acteurs russes ou pro-russes, des agences de presse russes et des sites officiels d’institutions ou d’acteurs locaux”, explique Viginum.

À lire aussiÉlections européennes : à un mois du scrutin, les Français en manque d’information

“Depuis le milieu des années 2010, pas un seul scrutin majeur dans une démocratie libérale n’a été épargné” par les tentatives de manipulation, a affirmé, mercredi 24 avril, le lieutenant-colonel Marc-Antoine Brillant, patron de Viginum, lors d’une conférence de presse avec le ministre délégué à l’Europe, Jean-Noël Barrot.

Marc-Antoine Brillant a souligné ce jour-là que “2024 est une année très particulière” en raison des conflits en Ukraine et à Gaza, mais aussi “parce que la France aura une exposition toute particulière cet été avec l’accueil des Jeux olympiques”. Dans ce contexte, le scrutin du 9 juin est “particulièrement attractif pour les acteurs étrangers de la manipulation de l’information”, a-t-il ajouté.

À lire aussiIngérences étrangères : “Il existe aujourd’hui un risque réel qui s’amplifie”

L’organisme gouvernemental a d’ailleurs mis en garde les partis politiques français, lors d’une réunion organisée le 29 mars. Le but était de sensibiliser les équipes de campagne aux différentes formes de menaces (voir notre encadré en fin d’article) pouvant les affecter et partager avec elles quelques bonnes pratiques.

Chez Renaissance, le sujet est pris au sérieux. Emmanuel Macron avait été victime d’une cyberattaque entraînant la publication de nombreux e-mails échangés par ses équipes lors de sa campagne présidentielle en 2017. Les dispositifs mis en place en 2022 ont donc été repris.

“Nous sensibilisons nos équipes et rappelons régulièrement les règles d’hygiène informatique, avec des exercices réguliers comme l’envoi de faux mails piégés aux collaborateurs. Nous avons aussi mis en place des outils pour surveiller les anomalies sur nos réseaux informatiques. Enfin nous surveillons les fake news qui pourraient nous cibler sur les réseaux sociaux”, détaille l’entourage de Valérie Hayer, tête de liste Renaissance-MoDem-Horizons.

L’Union européenne touchée par plusieurs affaires d’ingérences

Les autres partis contactés – Les Républicains, Parti socialiste, Europe Écologie-Les Verts, La France insoumise – ont mis en place des actions de prévention similaires.

Mais même si les partis politiques français tentent de faire preuve de vigilance, c’est au niveau européen que doit se traiter le dossier des ingérences étrangères, estime le gouvernement. “J’ai appelé la Commission européenne à exercer des pouvoirs de contrôle et de régulation des grandes plateformes pour qu’elles exigent de leur part d’exercer la plus grande vigilance, pendant la période de campagne, la période de silence et le jour du scrutin”, a souligné Jean-Noël Barrot lors de la conférence de presse du 24 avril.

Bruxelles n’a pas tardé à réagir. Le commissaire européen au Numérique, le Français Thierry Breton, a ouvert une enquête, mardi 30 avril, contre les réseaux sociaux Facebook et Instagram, soupçonnés de ne pas respecter leurs obligations en matière de lutte contre la désinformation avant les élections européennes.

À voir aussiLouis Colart, journaliste : “La gravité du Qatargate s’explique par l’ingérence étrangère dans l’UE”

La Commission européenne est d’autant plus réactive sur le sujet que plusieurs affaires ont été révélées ces derniers mois. La justice allemande a annoncé le 23 avril l’arrestation de Jian Guo, l’un des assistants accrédités de l’eurodéputé Maximilian Krah, tête de liste du parti d’extrême droite Alternative pour l’Allemagne (AfD). Le suspect est accusé d’avoir espionné des opposants chinois en Allemagne et d’avoir partagé des informations sur le Parlement européen avec un service de renseignement chinois.

De même, en mars, les services de renseignement de la République tchèque ont déclaré avoir débusqué un réseau financé par Moscou pour répandre de la propagande favorable à la Russie en Europe, visant en particulier le Parlement européen. Le groupe se servait du site d’information Voice of Europe, basé à Prague, pour diffuser des informations visant à dissuader l’Union européenne d’envoyer de l’aide à l’Ukraine. Fermé par la République tchèque, la site a depuis repris ses activités depuis le Kazakhstan, selon le média Euractiv.

Enfin, l’affaire du Qatargate, révélée en décembre 2022 par des médias belges, avait mis au jour un scandale de corruption impliquant le Qatar et la vice-présidente du Parlement européen, l’eurodéputée grecque Eva Khaili.

Ingérences en campagne électorale : les modes opératoires utilisés

Descriptions des différents modes opératoires issus du guide de sensibilisation réalisé par Viginum et distribué aux équipes de campagne.

  • L’amplification de narratifs et/ou de sentiments négatifs via des réseaux de bots et de trolls

Ce mode opératoire consiste à amplifier des narratifs sur un sujet clivant et à modeler de manière sélective des faits autour de ce sujet, au moyen d’un flux constant de publications sur un seul et même axe sémantique.

  • L’usurpation d’identité d’un média légitime

Ce mode opératoire consiste à tromper l’internaute en usurpant l’identité d’un média légitime (création d’un faux site) pour y diffuser du contenu inexact.

  • L’instrumentalisation de la procédure électorale

Ce mode opératoire consiste à manipuler l’information concernant le déroulé de la procédure électorale (fausses informations sur les dates du scrutin par exemple), en vue de réduire la participation des citoyens le jour du vote.

  • La diffusion de publicités politiques en ligne

Ce mode opératoire consiste à détourner le système de publicités en ligne, sur les plateformes, pour diffuser des contenus polarisants de nature politique. Cette diffusion permet de cibler certaines catégories de citoyens en fonction de différentes caractéristiques (géographiques, âge, etc.), mais également d’atteindre des utilisateurs sans qu’ils soient abonnés au compte émetteur.

Ce mode opératoire vise à créer ou amplifier un sujet polémique, généralement autour d’un ou plusieurs hashtags, dont les acteurs vont chercher à en augmenter la visibilité. Le recours à la création et au partage massif d’images permet une meilleure diffusion des narratifs.

  • La fuite délibérée de données ou doxxing

Ce mode opératoire consiste à obtenir, à travers différents procédés, les informations sensibles d’un candidat, ou d’une équipe de campagne, pour les publier sur Internet afin de dénigrer leur image.

  • La publication de contenus fabriqués sur des médias et des comptes de réseaux sociaux

Ce mode opératoire consiste à usurper sur les réseaux sociaux, l’identité d’un candidat ou d’une candidate afin de véhiculer de fausses informations pouvant lui nuire. Il implique également la possibilité de prendre le contrôle de médias, ou de comptes authentiques sur les réseaux sociaux, pour y publier des contenus faux ou trompeurs.

  • L’incitation à conduire des actions dans le champ physique

Ce mode opératoire peut se traduire en ligne par des appels à manifester ou à dégrader des bureaux de vote, ou des locaux de partis politiques. Les effets produits dans la vie réelle peuvent, par la suite, être instrumentalisés dans le champ informationnel.

  • La création de vidéo de type deep fake

Ce mode opératoire consiste à créer un enregistrement vidéo ou audio réalisé ou modifié grâce à l’intelligence artificielle. S’appuyant sur la technologie du deep learning, ce procédé permet de générer du faux crédible, à partir de contenus vrais et facilement accessibles.





Source link

Must Read

video

'DEZBATERE' FAIAR SI MIHAIL NEAMTU #faiarsilviu #zlavog #romania

Faiăr ▻▻ @faiarsilviu Twitch ▻▻ //twitch.tv/faiar Instagram ▻▻ //instagram.com/faiarsilviu Zlăvog ▻▻ @ZlavogLIVE ... source

Putin reappoints technocrat prime minister as fifth term kicks off

Russian legislators will approve a new Putin cabinet in a rubber-stamp exercise following an election...

Floods kill more than 300 people in northern Afghanistan, UN says

Flash floods from unusually heavy seasonal rains in Afghanistan have killed more than 300 people...
video

The Hidden Truth: Ursula and Macron's Europe Domination

vip, news, millionaire, Subscribe now with all notifications on for more vip, news, billionaire ❤️ Support us now and become ... source