Thursday, May 16, 2024
Home World la ville pétrolifère de Fort McMurray en partie évacuée

la ville pétrolifère de Fort McMurray en partie évacuée


L’incendie à Fort McMurray, dans la province de l’Alberta, dans le quartier en cours d’évacuation d’Abasand Heights, au Canada, le 14 mai 2024.

Un horizon rougi par les flammes et des panaches d’épaisses fumées noires changeant de direction au gré des vents. Mercredi 15 mai, la ligne de front du brasier se trouvait à moins de cinq kilomètres des limites de la ville de Fort McMurray, située au nord-est de la province de l’Alberta, dans le nord-ouest du Canada. La veille, en milieu de journée, quelque 6 600 des 68 000 habitants de la ville avaient reçu l’ordre de quitter leur domicile.

Le feu de forêt, déclaré cinq jours auparavant, avait déjà consumé près de 21 000 hectares, et se rapprochait dangereusement de la localité. Les autorités s’attendent désormais à voir les conditions d’intervention s’améliorer, en raison de températures plus fraîches et d’un affaiblissement du vent.

Le cauchemar de 2016

Jetant précipitamment une valise dans le coffre de leur voiture après avoir installé les enfants à l’arrière et embarqué le chien ou le chat pour emprunter l’autoroute 63 vers le Sud, où des centres d’accueil d’urgence ont été installés, nombreux sont les résidents de Fort McMurray à avoir eu l’impression de revivre le cauchemar enduré quelques années auparavant. En mai 2016, la ville, capitale canadienne des sables bitumineux, avait été la proie d’un incendie d’une rare violence.

Surnommé « la Bête » (« the beast »), le feu avait entraîné l’évacuation de l’ensemble de la population, soit 90 000 personnes, et ravagé sur son passage 2 400 habitations. Il avait fallu attendre une année entière pour le considérer comme « éteint ». La mise à l’arrêt de la production de près d’un million de barils de pétrole par jour et les dégâts environnementaux occasionnés en avaient fait, avec près de 11 milliards de dollars canadiens (7,4 milliards d’euros), l’accident industriel le plus coûteux de l’histoire du Canada.

Lire aussi l’archive de 2016  | Article réservé à nos abonnés A Fort McMurray, un rétablissement coûteux

« Je pense que le pire en ce moment, c’est l’inconnu, déclarait Marina Barnes à la radio canadienne CBC, en quittant mardi soir son domicile. Je ne sais pas si nous aurons un foyer où revenir ». Malgré l’intensité du brasier, dont la cause n’a pas encore été déterminée, les autorités ont tenté ces dernières heures de rassurer la population. Le chef des pompiers de la région, Jody Butz, estimait mardi soir, lors d’un point presse, que « le feu actuel [était] très différent de celui de 2016. Cet incendie brûle sur les décombres de son prédécesseur, a-t-il expliqué, par conséquent, il dispose de moins de combustible, rampant sur le sol plutôt que de passer de cime en cime. Par ailleurs, nous avons plus de ressources disponibles, nous sommes donc bien placés pour faire face à la situation ».

Il vous reste 47.44% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Source link

Must Read

Israel bombs UNRWA clinic in Gaza City, killing displaced civilians

IE 11 is not supported. For an optimal experience visit our site on another browser.Now PlayingIsrael bombs UNRWA clinic in Gaza City, killing...

la télévision italienne annule le débat entre Giorgia Meloni et Elly Schlein pour des raisons d’égalité de traitement entre les partis

Quinze pays de l’Union européenne (UE), emmenés par le Danemark et la République tchèque, plaident pour « de nouvelles solutions » pour transférer...
video

Babe #shorts #husbandwifecomedy #comedy #funny #viral #girlshorts

marriedlifecomedy #marriedcouplevlog #marriedcouple #couplecomedy #couple #homework #ufc #nba #football #europe ... source