Monday, May 13, 2024
Home Europe la Russie poursuit son avancée dans la région de Kharkiv

la Russie poursuit son avancée dans la région de Kharkiv


L’armée ukrainienne a reconnu lundi “des succès tactiques” de la Russie dans la région de Kharkiv, où Moscou a revendiqué la prise de localités supplémentaires près de la frontière. Son offensive lancée vendredi a entraîné l’évacuation de milliers de civils.

Publié le : Modifié le :

4 mn

Une trentaine de villages du nord-est de l’Ukraine sont sous le feu, lundi 13 mai, de la Russie, qui poursuit sa nouvelle offensive dans la région de Kharkiv, occupant des dizaines de kilomètres carrés de territoire en quelques jours.

“Plus de 30 localités de la région de Kharkiv ont été touchées par des tirs d’artillerie et de mortier ennemis”, a indiqué sur les réseaux sociaux le gouverneur régional, Oleg Synegoubov. Il précise que 5 762 habitants au total ont été évacués de ces zones depuis le début des combats.

Les forces russes ont franchi la frontière depuis vendredi pour mener une offensive dans les directions de Lyptsi et Vovtchansk, deux localités situées respectivement à une vingtaine et une cinquantaine de kilomètres au nord-est de Kharkiv, la deuxième ville du pays.

“Actuellement, l’ennemi enregistre des succès tactiques”, a reconnu tôt lundi l’état-major ukrainien dans un communiqué sur Facebook. Moscou a mobilisé “jusqu’à cinq bataillons”, selon Kiev.

Selon la chaîne Telegram DeepState, proche de l’armée ukrainienne, les Russes sont parvenus à occuper une bande d’environ 70 km2 dans la région de Lyptsi et une autre de 34 km2 vers Vovtchansk.

Cette avancée russe intervient au moment où, à Moscou, le président russe Vladimir Poutine a procédé dimanche soir à un remaniement surprise et limogé son emblématique ministre de la Défense Sergueï Choïgou, après deux ans de conflit en Ukraine sans issue claire.

L’AFP a pu voir dimanche des personnes évacuées près de Vovtchansk, la plupart âgées et désorientées. “Nous n’étions pas prêtes à partir”, a déclaré Lyouda Zelenskaya, 72 ans, son chat Zhora dans les bras. Comme elle, Liouba Konovalova, 70 ans, s’est remémorée “la nuit terrifiante” qui a précédé leur évacuation.

Selon Oleksiï Kharkivsky, un policier de Vovtchansk, “plusieurs personnes” sont mortes dans des bombardements samedi et “la ville est constamment sous les tirs”. “Artillerie, mortiers, les ennemis attaquent avec tout ce qu’ils ont”, a affirmé ce policier mobilisé pour évacuer les habitants.

Des civils ukrainiens arrivent à un point d'évacuation à Kharkiv, dans le nord-est du pays, le 11 mai 2024.
Des civils ukrainiens arrivent à un point d’évacuation à Kharkiv, dans le nord-est du pays, le 11 mai 2024. © Roman Pilipey, AFP

“Des batailles défensives et des combats acharnés se poursuivent sur une grande part de notre frontière”, a résumé le président ukrainien Volodymyr Zelensky. “L’idée derrière les attaques dans la région de Kharkiv est d’étirer nos forces et de saper le moral” de l’armée ukrainienne.

“Aucune percée à grande échelle”

Selon la chaîne Telegram Rybar, proche de l’armée de Moscou, après quatre jours d’offensive russe, “aucune percée à grande échelle des défenses ennemies n’a été enregistrée”.

“Après avoir dégagé la zone frontalière ‘grise’, les unités d’assaut russes se sont concentrées sur la pénétration des bastions et des lignes défensives des forces armées ukrainiennes”, ajoute la chaîne lundi dans un rapport matinal.

Kharkiv n’est pas menacée à ce stade, “malgré tous les événements qui se déroulent dans la région”, et la ville “est calme, nous ne voyons pas de gens partir”, a déclaré dimanche son maire, Igor Terekhov.


© Thierno Toure, Valentin Rakovsky, AFP

Les autorités de Kiev prévenaient depuis des semaines que Moscou pourrait tenter d’attaquer les régions frontalières du Nord-Est, alors que l’Ukraine est confrontée à des retards dans l’aide occidentale et qu’elle manque de soldats.

À l’intérieur de la Russie et dans les zones d’Ukraine occupées par les Russes, les forces ukrainiennes ont multiplié les frappes, en particulier contre les infrastructures énergétiques. L’agence de presse russe RIA Novosti y a signalé tôt lundi “deux importantes explosions” sans fournir davantage de détails.

Un drone ukrainien a également provoqué dans la nuit de samedi à dimanche un incendie sur le site de la raffinerie de Volgograd (sud de la Russie), a déploré le gouverneur de la région du même nom, Andreï Botcharov, assurant que le sinistre était éteint et qu’il n’y avait pas eu de victime.

Propriété du géant Loukoïl, la raffinerie affirme sur son site Internet être “le plus gros producteur de produits pétroliers dans le district fédéral du Sud”, qui rassemble huit régions dans le sud-ouest de la Russie. Le site avait déjà été la cible d’une attaque de drone ukrainien début février, sans victime là non plus.

Kiev dit agir en réponse aux frappes de l’armée russe contre des sites civils, à commencer par ses infrastructures énergétiques.

Avec AFP




Source link

Must Read

Jewish groups add more allegations of antisemitism to their lawsuit against UC Berkeley

Two Jewish advocacy organizations suing the University of California, Berkeley, over a “longstanding, unchecked spread of anti-Semitism” have amended their complaint to include...
video

MC OLUOMO SHUNS HATERS AS HE DAZZLES AT DOYIN KUKOYI'S MOTHER 70TH BIRTHDAY PARTY

MC OLUOMO SHUNS HATERS AS HE DAZZLES AT DOYIN KUKOYI'S MOTHER 70TH BIRTHDAY PARTY SUBSCRIBE TO ... source