dimanche, juin 23, 2024
Home Europe Législatives anticipées en France : "Le grand vertige"

Législatives anticipées en France : « Le grand vertige »



Publié le :

A la Une de la presse, ce mardi 11 juin, l’onde de choc provoquée par la dissolution, en France, de l’Assemblée nationale, après la victoire du RN aux européennes, et la mise en ordre de bataille des partis pour les législatives. Et les appels en faveur d’une dissolution en Allemagne, où l’extrême droite est arrivée en deuxième position dimanche.

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre iPhone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook

A la Une de la presse française, l’onde de choc provoquée par la dissolution de l’Assemblée nationale, après la victoire du RN aux européennes.

Les travées de l’Hémicycle désertées, les travaux parlementaires suspendus.. Le Parisien/Aujourd’hui en France évoque « le grand vertige » de cette dissolution. D’après le journal, la décision d’Emmanuel Macron plonge le pays « dans l’incertitude et l’inquiétude, à un moment où il avait besoin d’apaisement ». « Inquiétude  » des marchés, des organisateurs des JO, des forces de l’ordre, mais surtout des Français, « qui attendaient des réponses et se posent (désormais) beaucoup plus de questions ». La principale d’entre elles fait la Une, ce matin, du journal La Croix : « Le Rassemblement national peut-il l’emporter? ». Le journal exprime lui aussi son « vertige », ses « inquiétudes » face à la montée du RN, et annonce une période « d’une intensité politique rarement éprouvée ces dernières années ».

Inquiétude, et même plus que cela. Dans Le Monde, des maires de banlieue font état de la « peur » d’une partie de leurs administrés issus de l’immigration face à la possibilité d’une arrivée de l’extrême droite au pouvoir. Mais dans les quartiers populaires, le RN ne fait toutefois pas peur à tout le monde. Rose, une infirmière à la retraite de la banlieue parisienne explique avoir voté Jordan Bardella « pour la sécurité de ses petits-enfants et de son premier arrière-petit-fils ». « Quand on voit tout ce qu’on donne à des gens qui n’ont jamais travaillé de toute leur vie », soutient cette ancienne électrice de gauche, qui se souvient pourtant avoir pleuré le soir du 21 avril 2002 après la qualification de Jean-Marie Le Pen au second tour de la présidentielle…

Malgré la sidération, l’heure est au branle-bas de combat. La campagne s’annonce particulièrement difficile pour la majorité, « déroutée » par décision d’Emmanuel Macron, d’après Le Figaro. Le journal évoque « la crainte et la rancœur » de son propre camp, où des élus disent leur amertume, d’avoir été mis devant le fait accompli, pour être envoyés au casse-pipe. « Je ne comprends pas comment j’ai pu donner sept ans de ma vie à quelqu’un d’aussi égotique », cingle un cadre Renaissance à l’Assemblée.

A gauche, Le Nouvel Obs indique que les socialistes, les communistes, les écologistes et LFI se sont mis d’accord sur des candidatures uniques dès le premier tour. Un nouveau « front populaire » soutenu par Libération, qui parle de la « responsabilité historique » « d’empêcher l’arrivée de l’extrême droite au pouvoir ».

Rassemblement à gauche et « indépendance » à droite. Selon Le Figaro, la stratégie LR des législatives serait celle du « ni, ni » : pas d’accord national « avec le camp Macron, ni avec le parti de Marine Le Pen ». Un observateur relève cependant : « C’est la loi de la jungle. Ce qui comptera le plus, ce n’est pas le conseil stratégique de la droite, mais l’instinct de survie des candidats soumis à la réalité électorale de leur circonscription ».

La « réalité électorale », c’est un Rassemblement national qui a plus que jamais le vent en poupe. Le Figaro, toujours, fait état d’un « plan Matignon » préparé « depuis des mois », selon lequel le RN aurait déjà présélectionné 489 potentiels candidats et suppléants, sur les 577 requis, et préparé un programme qui serait un « mix » des propositions pour la présidentielle et les européennes. Le parti se dit « capable » de ne pas présenter de candidats face à des députés LR, mais ne dit pas encore ce qu’il compte faire exactement avec Marion Maréchal, la nièce de Marine Le Pen, tête de file de Reconquête aux européennes, désormais en rupture avec sa propre formation.

L’extrême droite confirme aussi sa poussée en Allemagne, où l’AfD est arrivée en deuxième position aux européennes. En faisant mieux que le SPD d’Olaf Scholz, Alternative für Deutschland « met la pression » sur le chancelier, d’après Die Tagesschau, qui rapporte que « des voix s’élèvent, outre-Rhin, pour qu’il convoque des élections anticipées, comme le président français ». Parmi ces voix, le magazine Die Zeit, qui assure que les européennes en Allemagne « n’ont pas été différentes des européennes en France », et ont également constitué « un vote de censure contre le gouvernement » d’Olaf Scholz, sommé de « prendre Emmanuel Macron pour exemple », au motif qu’il vaut mieux « une courte phase d’incertitude qu’une longue agonie ».

De son côté, l’AfD a tranché : sa tête de liste controversée, Maximilian Krah a été exclu de son groupe d’eurodéputés. Der Spiegel rappelle que l’avocat avait déjà été écarté de la fin de la campagne électorale, après avoir déclaré qu’un SS n’était pas « automatiquement un criminel ». Cette déclaration avait conduit le RN à  mettre fin à sa coopération avec l’AfD au sein du groupe Identité et démocratie au Parlement Européen. La décision d’exclure Maximilian Krah, qui avait aussi fait parler de lui au moment de l’arrestation de l’un de ses collaborateurs accusé d’espionnage au profit de la Chine, est présentée par L’Opinion comme une façon de « préparer le terrain pour une réconciliation avec le RN ». Le journal s’étonne de ce que le numéro deux de la liste de l’AfD pour les européennes, Petr Bystron n’ait en revanche pas été sanctionné, dans la mesure où il est lui aussi poursuivi par la justice, soupçonné d’avoir défendu des positions pro- russes, en échange de dizaines de milliers d’euros.

Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse (du lundi au vendredi, à 7h20 et 9h20 heure de Paris). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.



Source link

Must Read

Législatives : manifestation à Paris contre l'extrême droite

De nouvelles manifestations contre l'extrême droite sont prévues dimanche 23 juin dans plusieurs villes de France. Une mobilisation à l'appel, notamment, de plusieurs...
video

Donald Sutherland, the Towering Actor Whose Career Spanned 'M

Donald Sutherland, the Towering Actor Whose Career Spanned 'M We Mirror7 News provide you every latest news, events and ... source

Netanyahu again claims the U.S. is withholding arms shipments, days after Washington denies it

Israeli Prime Minister Benjamin Netanyahu told his Cabinet on Sunday that there had been a “dramatic drop” in U.S. weapons deliveries for Israel’s...

Législatives : journée de mobilisations contre le Rassemblement national

De nouvelles manifestations contre l'extrême droite sont prévues dimanche 23 juin dans plusieurs villes de France. Une mobilisation à l'appel, notamment, de plusieurs...