mercredi, juin 12, 2024
Home World le virage à droite toute du Parlement de Strasbourg

le virage à droite toute du Parlement de Strasbourg


Le président des conservateurs du Parti populaire européen, l’Allemand Manfred Weber, à Bruxelles, le 9 juin 2024.

Les résultats, encore partiels, des élections européennes, qui se sont tenues du jeudi 6 au dimanche 9 juin, sont sans ambiguïté. Les conservateurs du Parti populaire européen (PPE) progressent et confirment leur place de première formation politique au Parlement strasbourgeois, tandis que les extrêmes droites opèrent une percée. Les sociaux-démocrates (S&D) – le deuxième groupe dans l’Hémicycle communautaire – perdent du terrain mais ce sont surtout les libéraux de Renew et les Verts qui reculent.

La légère progression de la participation des électeurs – à 51 %, contre un peu plus de 50 % en 2019 – n’a pas empêché les formations d’extrême droite d’accroître leur score. En France, le Rassemblement national (RN) est arrivé en tête ; porté par un score historique, il enverra pour la première fois une délégation d’une trentaine d’eurodéputés à Strasbourg. En Italie, Fratelli d’Italia – le parti post-fasciste de la présidente du conseil, Giorgia Meloni – devrait aussi obtenir un important contingent d’élus ; la Ligue du Nord de Matteo Salvini pourrait en compter sept. En Autriche, le Parti de la liberté (FPÖ) a devancé la droite conservatrice du Parti populaire (ÖVP) et les sociaux-démocrates (SPÖ).

L’extrême droite est arrivée en deuxième position dans plusieurs autres Etats membres. C’est le cas outre-Rhin, où l’Alternative pour l’Allemagne (AfD) a devancé le Parti social-démocrate (SPD) actuellement au pouvoir ; en Pologne aussi, avec la formation Droit et justice (PiS). Aux Pays-Bas, le Parti pour la liberté (PVV) de Geert Wilders, avec sept élus, arrive derrière la coalition des socialistes et des Verts. Enfin, plusieurs pays enverront pour la première fois des élus nationalistes, à l’image du Portugal.

« Le PPE a regagné des élus »

Ces succès électoraux devraient permettre aux droites nationalistes et souverainistes d’occuper plus du quart de l’Hémicycle de 720 eurodéputés. Mais leur influence réelle dépendra de leur capacité à s’allier.

Jusqu’ici, elles n’ont jamais réussi à coopérer, en raison de divergences idéologiques lourdes, par exemple sur la Russie. On les trouve, aux côtés de Fratelli d’Italia ou du PiS, dans le groupe des Conservateurs et réformistes européens (ECR, qui devrait compter 72 élus, contre 68 aujourd’hui) et, avec le RN, chez Identité et démocratie (ID, qui devrait rassembler 58 élus, comme en 2019).

Par ailleurs, plusieurs dizaines d’élus sont sans affectation aujourd’hui, comme ceux du Fidesz hongrois, de l’AfD allemande – que le groupe ID vient d’exclure – ou du mouvement portugais Chega. Dans ce contexte, des rapprochements sont à prévoir qui pourraient préfigurer une recomposition de l’extrême droite au Parlement européen et dont, à ce stade, on mesure encore mal les conséquences. Les discussions, qui ont déjà commencé, vont s’intensifier dans les prochains jours.

Il vous reste 45.65% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Source link

Must Read

Why the Israel-Hezbollah conflict hasn’t escalated to war despite daily violence

BEIRUT — Eight months of unbridled war, widespread death, destruction and suffering in Gaza have captured the world’s attention. But across its northern...
video

In Oglinda (01.06.2024) – Regreta Raluca Podea prima casatorie?

In Oglinda (01.06.2024) - Regreta Raluca Podea prima casatorie? #theXclusive #InOglinda #RalucaPodea #MihaiGhita ... source
video

Iraqi Dinar News CBI Capital UN Security Council & Stock Exchange

MIDDLE EAST IRAQI REFORMS & Economics Dinar Investors Entertainment NEWS #Dinar #Reforms #Rates #Finance ... source