Sunday, May 12, 2024
Home World En Inde, la campagne échevelée de Mahua Moitra, l’égérie du Bengale

En Inde, la campagne échevelée de Mahua Moitra, l’égérie du Bengale


Juchée sur la plate-forme d’une Jeep qui trace la piste à travers rizières et villages, un pan de son sari au vent, elle bat la campagne bengalaise comme s’il en allait de sa vie : rien n’arrête Mahua Moitra, 49 ans, candidate aux élections législatives indienne. Ni le premier ministre indien, Narendra Modi, qu’elle déteste, ni la canicule infernale qui s’est abattue sur le Bengale début mai. « Je suis la seule qui ose faire campagne ainsi dans la journée, crie-t-elle dans le vent et la poussière. La seule, oui, tous les autres ont trop chaud !  »

Le convoi qui l’accompagne sur les routes de sa circonscription de Krishnanagar, à une centaine de kilomètres de Calcutta, est à son image : volontaire, échevelé et trépidant, rameutant sur son passage les villageois des hameaux écrasés de chaleur. A la tête de ses troupes, Mahua Moitra caracole et, derrière, une cohorte de scooters fait la claque – « Zindabad ! [“vive”] Mahua Moitra », hurlent les motards.

Quand elle traverse, mains levées et sourire éblouissant, des villages d’électeurs gagnés à sa cause, une pluie de fleurs l’accueille et la recouvre. On lui présente des bébés qu’elle embrasse, des ancêtres claudiquant vont à sa rencontre. A l’orée de l’un de ses hameaux, un peu en retrait de la route, une vieille dame la gratifie d’un « namasté » traditionnel, mains jointes à hauteur de visage, salut de la dévote hindoue à l’icône du temple.

Lutter contre les « nationaux-hindouistes »

Les musulmans, qui représentent plus de 40 % des habitants de sa circonscription, l’adulent aussi : conscients qu’elle se bat contre les « nationaux-hindouistes » au pouvoir à New Delhi, des hommes se pressent à ses côtés au sortir d’une mosquée, un vieux barbu s’accroche à son bras : « Tenez bon ! »

Les minorités musulmanes brandissent des affiches invoquant l’émancipation des femmes et des filles à l’arrivée de Mahua Moitra dans leur village. Dans les environs de la ville de Krishnanagar, au Bengale-Occidental, le 29 avril 2024.
 Mahua Moitra est chaleureusement accueillie par les femmes musulmanes du village de Hatgacha lors de sa campagne électorale. Dans les environs de la ville de Krishnanagar, au Bengale-Occidental, le 29 avril 2024.

Mahua Moitra est un phénomène. Elle l’est devenue en 2019 quand, fraîchement élue députée sous la bannière du Trinamool Congress – parti au pouvoir dans la capitale d’Etat Calcutta –, elle s’est lancée dans une spectaculaire diatribe lors d’un discours prononcé au Parlement fédéral, à New Delhi. Elle dénonça alors, d’une voix forte, les « sept signes du fascisme » qui résument, selon elle, le « règne » de Narendra Modi. Elle lista, entre autres griefs, le « nationalisme xénophobe » du premier ministre, son « mépris pour les droits humains », la « subjugation inimaginable » des mass media par le pouvoir et le caractère corrosif d’un système mêlant religion et politique, qui a pour cible constante « une seule communauté », celle des musulmans.

Il vous reste 69.09% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Source link

Must Read

Comment fonctionnent les élections européennes ? Comprendre en 3 minutes

Les élections européennes auront lieu entre le 6 et...

Thousands forced to evacuate as wildfire sweeps through Canada‘s British Columbia

Canadian authorities are urging all remaining residents in the northeastern part of the province of British Columbia to leave immediately, despite improving weather...
video

Dons – Hollow – Latvia Second Semi-Final Eurovision 2024 REACTION

dons #hollow #latvia #eurovision #eurovision2024 Dons - Hollow (LIVE) | Latvia | Second Semi-Final | Eurovision 2024 ... source